Quantcast
Arsenal peut-il encore sauver sa saison ?
Le club londonien n'a plus que la FA Cup comme espoir de titre

Arsenal peut-il encore sauver sa saison ?

03/03/2020 à 10h00

Largués en Premier League, éliminés en Ligue Europa par l'Olympiakos, hors-jeu en Coupe de la Ligue, les Gunners, qualifiés pour les quarts de finale de FA Cup grâce à un succès à Portsmouth (0-2) n'ont plus que ce titre à jouer cette saison.

Arsenal peut-il encore sauver sa saison ?
Arsenal vit une saison difficile. C'est même un euphémisme. Si elle s'arrêtait aujourd'hui, une dixième place au classement de Premier League serait une première depuis 1994/1995 (12e), soit plus de 25 ans. Depuis cette date, jamais le club londonien n'était descendu sous la sixième place. Deux changements d'entraîneur (après l'éviction d'Unai Emery, Freddie Ljungberg est resté 6 matchs en intérim avant la nomination de Mikel Arteta) plus tard, force est de constater que les résultats ne se sont pas améliorés. Pire, Arsenal n'est plus dans la course que pour un seul trophée.

[intertitre]La Premier League : circulez, il n'y a rien à voir[/intertitre]
Tout avait pourtant bien démarré pour la bande à Alexandre Lacazette. Après 8 journées de championnat, les Gunners étaient troisièmes, certes déjà loin des extraterrestres de Liverpool, qui réalisaient le parcours parfait (8 victoires), mais à une seule longueur des dauphins, Manchester City. L'équipe n'était pas flamboyante, mais n'avait connu qu'une seule défaite, à Anfield Road (3-1) et réalisé des matchs nuls contre Tottenham (2-2) et Manchester United (1-1). Rien d'anormal donc. C'est le 21 octobre que la machine s'est grippée : une défaite surprise chez les promus de Sheffield United (1-0) a démarré une spirale négative de 7 matchs sans victoire en championnat, qui a mis à mal les ambitions du club et coûté sa place à Unay Emery.

Si Arsenal a légèrement redressé la barre depuis l'arrivée à sa tête de Mikel Arteta, en étant notamment invaincu en championnat en 2020, le parcours reste chaotique : les matchs nuls contre Crystal Palace (1-1), Sheffield United (1-1) ou Burnley (0-0) continuent de faire tache. Résultat : avec un match de retard à jouer à Manchester City, Arsenal n'est que dixième, à 8 points de la Ligue des Champions et 5 de la Ligue Europa. Une absence de qualification européenne en fin de saison serait vécue comme un séisme par les supporters, habitués aux joutes continentales annuelles depuis 1996 !

[intertitre]La Ligue Europa : l'accident[/intertitre]
A la rue en championnat, on attendait donc Arsenal sur la scène européenne, à l'image d'une finale de Ligue Europa atteinte la saison passée. Mais les mois de février sont décidément douloureux en Europe pour les Gunners. Habitués depuis le début des années 2010 à des éliminations en huitièmes de finale de la Ligue des Champions (7 consécutives), ils ont renoué avec leurs malheurs de la fin de l'hiver après deux saisons correctes en Ligue Europa (demi-finale puis finale). L'adversaire, l'Olympiakos, n'avait pourtant rien d'effrayant, encore moins après une victoire (1-0) au Pirée. Mais le pensionnaire de l'Emirates Stadium s'est fait surprendre à domicile (2-1 après prolongation) par les coéquipiers de Mathieu Valbuena.

[intertitre]La Coupe de la Ligue : la faute à pas de chance[/intertitre]
En Coupe de la Ligue, une compétition qu'Arsenal n'a plus gagné depuis 1993 malgré trois finales disputées depuis, il ne fallait pas s'attendre à un miracle. Et de miracle, il n'y a pas eu : face à Liverpool, en huitièmes de finale, à l'issue d'un match d'anthologie, le club londonien s'est incliné aux tirs au but (5-4) après avoir subi une égalisation de Divock Origi à la dernière seconde (5-5 à l'issue du temps réglementaire). Rideau.

[intertitre]La FA Cup : dernier espoir ?[/intertitre]
En théorie, il ne reste donc plus que la FA Cup pour permettre à Arsenal de ne pas finir une nouvelle saison sans trophée. Qualifiés pour les quarts de finale grâce à un succès face à la modeste équipe de troisième division, Portsmouth (0-2), les Gunners sont encore en course dans cette compétition. Reste à savoir si l'ambition de gagner cette compétition est partagée par la direction du club. A voir la composition d'équipe face à Portsmouth - seulement 4 joueurs de la rotation habituelle (David Luiz, Sokratis, Torreira et Guendouzi), on peut en douter. Même si l'adversité était modeste, c'était prendre un grand risque que de faire confiance aux jeunes, aussi talentueux soient-ils, pour ce qui reste le seul et unique espoir de titre de la saison. Un titre, qui permettrait à Arsenal, rappelons-le, de disputer la Ligue Europa en septembre prochain, quel que soit son classement en championnat.
tags Arsenal, Premier League, Mikel Arteta, Unay Emery, Ligue Europa, FA Cup
Retour en haut