Vous avez visité 48 page(s) aujourd'hui. Il vous reste 2 page(s) à voir en tant que visiteur libre. Si vous souhaitez accéder à plus de pages aujourd'hui, vous pouvez vous inscrire gratuitement.

Euro 2020 : l’heure du bilan

par Nathanaël ajavon
12/07/2021 à 17h00

Statistiques, révélations, déceptions, résultats… Que faut-il retenir de cette édition 2021 ?

Euro 2020 : l’heure du bilan

Quelques chiffres


L’Euro 2020 rime avec records. 142 buts en 51 matchs, soit une moyenne de 2,78 buts par match. 8 prolongations dont 4 séances de tirs au but, du jamais vu dans l’histoire de la compétition.

L’Euro spectaculaire auquel nous venons d’assister reste assez paradoxal car malgré le grand nombre de buts inscrits (record), les gardiens se sont mis en évidence tout au long de la compétition. Jordan Pickford : 2 buts encaissés (sur CPA) en 7 matchs. Gianluigi Donnarumma : 4 buts concédés en 7 matchs et décisif lors de 2 séances de tirs au but. Thomas Vaclik : valeureux gardien tchèque qui n’a encaissé que 4 buts en 5 matchs et compte 2 clean sheets.


les révélations


Avec tous les rebondissements au long de la compétition, plusieurs joueurs se sont révélés au grand public. Mikkel Damsgaard est l’une des grosses surprises de cet Euro. Auteur de 2 buts dont un magnifique coup franc face à l’Angleterre, le joueur de 21 ans s’est distingué par son volume de course, ses dribbles et ses appels incessants dans le dos des défenseurs adverses. Le monde entier aura les yeux rivés sur lui la saison prochaine, avec la Sampdoria.

Dans cette fabuleuse équipe du Danemark, un autre joueur s’est distingué aux yeux du monde et il s’agit de Joakim Maehle. Le piston droit de l’Atalanta positionné à gauche avec sa sélection a inscrit 2 buts et délivré une passe décisive lors de ce championnat d’Europe. Sa capacité d’élimination en un contre 1, son apport offensif amenant un déséquilibre dans le bloc opposé et ses efforts sur son côté le placent comme l’un des joueurs à suivre pour l’exercice 2021/2022.

Sorti prématurément du tournoi, Denzel Dumfries fait partie des grosses performances de l’Euro 2020. Le latéral droit du PSV Eindhoven s’est comporté comme le 4e attaquant de l’équipe néerlandaise et a brillé durant la phase de groupes. Partant de très bas, il n’hésite pas à se projeter pour amener le surnombre dans la surface et finir les actions. Le piston moderne par excellence.

Les déceptions


Si l’Euro a été une vitrine pour certains, elle a été une grosse déception pour d’autres. Même s’il n’y a pas eu de défaite sur 90 ou 120 minutes, le parcours de l’Équipe de France reste un échec, avec le statut de champion du monde. Une seule victoire en 4 matchs, 3 buts encaissés en huitièmes de finale face à la Suisse. Les Bleus n’avaient pas encaissé autant de buts lors d’un match de l’Euro depuis 2008 et la défaite 4-1 contre les Pays-Bas.

Rappelé en sélection pour apporter de l’expérience, Thomas Müller a réalisé un Euro compliqué. 0 but et 0 passe décisive pour le meilleur buteur de la Coupe du Monde encore en activité. Cette année, il n’a pas su briser cette malédiction qui le suit depuis l’Euro 2012.

Dans les grosses déceptions de l’Euro, il y a évidemment Bruno Fernandes. Le milieu offensif de Manchester United qui a tant rayonné en club (58 matchs, 28 buts) semblait perdu sur les pelouses européennes avec la sélection portugaise. En 4 rencontres disputées dans la compétition, il n’a jamais été décisif, lui qui l’a été en moyenne une fois sur deux avec les Red Devils et a même perdu sa place de titulaire au bout de deux rencontres.
tags Euro 2020, Mikkel Damsgaard, Joakim Maehle, Thomas Müller, Bruno Fernandes

Commentaires

Connectez-vous pour ajouter votre commentaire
Retour en haut